Philharmonie de Paris : gala d’ouverture, épisode 2

Nicolas Darras 19/01/2015
Pour ce deuxième concert, l’Orchestre de Paris avait choisi d’interpréter de fameux morceaux de bravoure symphoniques, dans la traditionnelle forme "ouverture- concerto- symphonie", après le programme plus expérimental de la veille. 

Dès le début des Danses polovtsiennes de Borodine, tout le monde fut conquis, à la fois par le feu et la grâce de l’interprétation de Paavo Järvi, et par l’acoustique exceptionnelle du lieu, qui permit à l’orchestre les plus subtils pianissimi comme les plus rutilantes explosions, tout en garantissant aux individualités (magnifique hautbois solo) de se faire entendre sans problème.

Dans le Concerto n°1 de Tchaïkovski, interprété avec une intensité rare par la star Lang Lang, c’était le caractère intime de cette salle de 2400 places qui frappait tout particulièrement : entouré par un public très proche, le pianiste chinois donnait l’impression de s’adresser directement à chacun, cherchant même parfois un contact visuel avec le public qui n’aura pas manqué d’agacer ses détracteurs, qui ne tolèrent pas que l’on adopte une attitude moins austère que celle d’un Radu Lupu ou d’un Maurizio Pollini. L’équilibre entre le piano et l’orchestre, très satisfaisant (de notre place), permit de magnifiques moments d’échanges chambristes, notamment dans un deuxième mouvement parfaitement onirique.

Berlioz, enfin : l’Orchestre de Paris nous offrit une Symphonie fantastique d’anthologie, chargeant chaque note d’un engagement enthousiasmant, digne de l’héritage de Charles Münch, et d’une énergie malheureusement un peu trop rare dans les orchestres français. Rendons donc hommage à Paavo Järvi pour avoir galvanisé ses musiciens et laissé le public ébloui par tant d’ardeur, et réjoui de savoir qu’il pourra réentendre de nombreuses fois cette année ce magnifique orchestre, servi par les conditions optimales de la nouvelle grande salle parisienne. (15 janvier)

Lire également : Gala d’essai réussi pour la Philharmonie de Paris

La suite de l'article ( %) est réservée aux abonnés...
Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous