Henri Dutilleux fêté à Nancy

Le compositeur aurait eu cent ans le 22 janvier dernier. L’ensemble Stanislas, en collaboration avec le centre culturel André-Malraux à Vandœuvre, l’Orchestre symphonique et lyrique de Nancy et le conservatoire du Grand Nancy, célébrait, du 24 au 28 novembre, ce centenaire à travers concerts, conférences, lectures et projection.

Salle Poirel, le violoniste Laurent Causse, accompagné par l’orchestre nancéen que dirigeait Mark Shanahan, interprétait le nocturne Sur le même accord, dans un programme complété par Le Festin de l’araignée de Roussel et la Symphonie n°5 de Schubert. Laurent Causse, à la fois membre de l’Orchestre et de l’ensemble Stanislas, a donné une interprétation convaincante de la partition de Dutilleux.

Le lendemain, le centre culturel André-Malraux consacrait une journée entière au compositeur, devenu un classique de son vivant. Pierre Gervasoni, auteur d’une monumentale biographie de Dutilleux, donnait une conférence passionnante et détaillée sur sa vie et son œuvre, suivie d’un documentaire de Vincent Bataillon éclairant la collaboration artistique entretenue entre Dutilleux et le quatuor Rosamonde. Le pianiste Jeffrey Nau, Laurent Causse et le quatuor Stanislas, qui travailla et enregistra sous la direction du compositeur, clôturaient cette journée en musique avec la sonate pour piano, Ainsi la Nuit et Mon choix le plus doux, une création de Bernard de Vienne, commande du centre culturel, en hommage au maître.

Le lundi, le musicologue Jean-Paul Montagnier (université de Lorraine) donnait une conférence sur la Sonate pour piano de Dutilleux, illustrée musicalement par Jeffrey Nau. Le quatuor Stanislas redonnait Ainsi la nuit dans le cadre d’un concert-lecture et les professeurs du conservatoire clôturaient ces quatre journées par un concert dédié à la musique de chambre de Dutilleux, mêlant la Sonatine pour flûte et piano, Figures de résonance pour deux pianos, les Trois Préludes pour piano, Sur le même accord, cette fois-ci dans sa version pour violon et piano, et, comme par une naturelle filiation, la Sonate pour violon et piano de Debussy. (24, 25 et 28 novembre)

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous