Valberg : quatre mains dans la neige

Pour sa 4e édition, le Concours international de piano à quatre mains de Valberg, unique compétition mondiale consacrée exclusivement à cette formation, a attiré de remarquables équipes. La petite station de Valberg (06), qui a su accueillir le projet des deux organisateurs, Mark Solé-Leris et Frédéric Chauvel, est en passe de devenir la capitale incontournable de cet art pianistique parfois délaissé.
Quinze formations se sont présentées et sept ont été retenues en finale. Le programme des éliminatoires imposait aux candidats l’exécution des admirables Variations op. 83a de Mendelssohn et de trois pièces extraites des Jeux d’enfants de Bizet.

Pour la finale, les équipes devaient présenter un programme de cinquante minutes comportant au moins une œuvre classique ou romantique et une œuvre du 20e siècle. Le jury, composé de Billy Eidi, Françoise Cartier-Rocchi, Luigi Giachino, Frédéric Chauvel et Mark Solé-Leris, note d’emblée le très haut niveau musical et pianistique de la compétition.

Une finale de haut niveau
Déjà fort remarqué aux éliminatoires par la beauté du son, l’équilibre des dosages et la musicalité sans faiblesse du discours, le duo japonais (1er prix) n’a montré aucune faille dans les trois œuvres au choix en finale. Dans l’éblouissante Sonate op. 10 de Czerny notamment, Oleksandra Zaitseva et Dmytro Tavanets (2e prix) ont fait preuve d’un grand professionnalisme et nous ont séduit par leur jeu racé et élégant. Quant au duo polonais (3e prix), au jeu très engagé, clair, équilibré, dans lequel se reconnaît un vrai son de piano à quatre mains, il fait un très beau concours tout au long des épreuves, notamment dans les Variations de Mendelssohn et la Sonate de Poulenc.
Soucieux de motiver et d’attirer les jeunes pianistes aux joies formatrices du piano à quatre mains, les organisateurs ouvrent également un concours aux élèves de conservatoires du niveau Débutant au niveau Excellence. Formées pour la plupart au sein de l’Ecole départementale de musique des Alpes-Maritimes dirigée avec un inlassable dynamisme par Roger Brun, ces nombreuses équipes ont apporté fraîcheur et talent.

De beaux concerts

Cette célébration du piano à quatre mains s’est illustrée avec deux magnifiques concerts. Le duo Chauvel/Solé-Leris a été remarqué, notamment dans un superbe Peer Gynt tout en poésie et en narration, les pianistes apportant aussi tout leur talent à une éblouissante Rhapsody in Blue. Venu en voisin de Monaco, le duo Alonso nous offre une belle et très digitale Sonate K 81 de Mozart. On aurait goûté davantage de tendresse et d’émotion au primo dans les belles Pièces op. 11 de Rachmaninov, mais les Jeux d’enfants de Bizet enthousiasmaient par le sens du discours et de la description, l’attention portée aux plans sonores et la parfaite homogénéité du jeu des interprètes. (5 et 6 décembre)
1er prix : Shingo Kawamura et Akiko Sakuma (Japon)
2e prix : Oleksandra Zaitseva et Dmytro Tavanets (Ukraine)
3e prix : Miroslava Lachowska et Edgar Wiersocki (Pologne)
Prix spécial du jury : Francesco et Vincenzo De Stefano (Italie)̹

Christian Lorandin
Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous