Commémoration Willaert (c. 1490-1562)

Roger Tellart 19/11/2012
Mort le 17 décembre 1562, voici 450 ans, Adriaan Willaert fut le plus vénitien des compositeurs flamands, lui qui, plus de trente ans, œuvra comme maître de chapelle à Saint-Marc.
A ce poste, il dispensa son enseignement à pratiquement tous ceux qui seront les chefs de file du concert de la Renaissance : le subtil Cyprien de Rore, qui fut son successeur à Saint-Marc, et à sa suite, Andrea Gabrieli, Claudio Merulo, Porta, Vicentino, le théoricien Zarlino...
Musicien profane, il a écrit des chansons dans le style canonique, avant de se tourner vers la liberté de ton des Villanesche alla Napolitane. Mais surtout, au sanctuaire, il est celui qui, sans l’avoir inventée, a donné une incroyable vitalité à la pratique de la polychoralité et du double chœur à huit voix, qui repose sur une lecture dialoguée du psautier, vieille technique chère à l’Italie du Nord, et plus particulièrement à Saint-Marc, où la division des voix en groupes se répliquant d’un point à l’autre de la nef s’adaptait idéalement au plan en croix grecque de la basilique où les deux orgues se faisaient face aux extrémités du transept. Du même coup, on peut affirmer que le visage de la musique religieuse s’en est trouvé radicalement changé, pressentant à partir de là l’avènement de la modernité en musique, près d’un siècle avant le drame lyrique ou opéra.
Roger Tellart

Quelques disques :
"Chansons, Madrigali, Vilanelle", ensemble Romanesque, dir. Philippe Malfeyt (Ricercar) ;"Vespro della Beata Vergine", Capilla flamenca, dir. Dirk Snellings (Ricercar) ;
"Missa Mente tota et motets", ensemble Cinquecento (Hyperion) ;
"Le Villanesche", ensemble Euterpe di Milano (Stradivarius).

Pour lire la suite ( %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Mots clés :
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous