Le Livre d’heures des Bernardins

Roger Tellart 10/12/2012
Le festival Les Heures des Bernardins explorait, dans la grande nef du collège parisien, le pouvoir de la musique comme « voix majeure d’humanité ». Un programme dense avec huit concerts calqués sur le rythme de la journée liturgique (matines, laudes, complies…).
Les Cris de Paris (D. Martinelli)
 
Ainsi du chœur Les Cris de Paris qui, conduit par Geoffroy Jourdain, s’avérait inattaquable dans un programme germanisant associant Schumann, Hugo Wolf et Schoenberg (le trop rare Friede auf Erden), ou du portrait humaniste que l’ensemble belge Vox Clamantis tirait d’Arvo Pärt (ses Canons de la Repentance, créés en 1998 pour le 750e anniversaire de la cathédrale de Cologne et tournant ici au fascinant voyage intérieur). Quant à l’hommage à l’abbé Liszt, il nous valait une lecture très intérieure du Via Crucis par le même ensemble Vox Clamantis et le piano de Claire-Marie Le Guay. Pour autant, c’est le Quatuor pour la fin du temps d’Olivier Messiaen qui aura réuni la majorité des suffrages. Une partition majeure du 20e siècle composée à la fin de 1940 dans des conditions éprouvantes (l’auteur était alors prisonnier de guerre dans un stalag de Haute-Silésie) et cependant portée par l’originalité d’un langage caractérisé par la liberté des rythmes et le pouvoir des images mystiques et poétiques (inspirées par l’Apocalypse de saint Jean). Un grand merci à l’équipe musicale des Bernardins d’avoir su nous le rappeler au gré d’une approche éminemment “messiaenesque” autour du piano d’Eric Le Sage. (16 et 17 novembre)

Pour lire la suite ( %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Mots clés :
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous