Chant lyrique dans le Doubs

Philippe Thanh 11/06/2013
Depuis cinq ans, le ténor écossais Stuart Patterson anime à Montperreux un festival et une académie d’été. Entretien.
Comment est né le festival ?
Lorsque je me suis installé dans la région, plutôt que d’aller animer des stages un peu partout, j’ai préféré en organiser un chez moi. Le maire m’a prêté une salle et m’a demandé, en échange, de donner un concert dans l’église pour les habitants du village. Ils sont venus en nombre : le festival était lancé ! Et, depuis, nous accueillons chaque année davantage d’artistes, de cinq en 2011 à quinze cette année.
Entre stages et classe de maître, la dimension pédagogique est très présente…
Chaque année, j’anime un stage de technique vocale et j’invite un artiste international à donner une classe de maître. L’année dernière, c’était Peggy Bouveret ; cet été, ce sera le baryton italien Claudio Desderi que l’on connaît bien comme interprète et qui est aussi un exceptionnel pédagogue. Il fera travailler des scènes d’opéra (Rossini, Mozart, Puccini…). Ce qui est agréable à Montperreux, c’est que stagiaires et chanteurs professionnels se côtoient, même en dehors des cours. C’est très bénéfique pour les jeunes qui peuvent ainsi profiter des conseils de leurs aînés.
Comment le festival est-il financé ?
Plusieurs entreprises locales et suisses ainsi que la communauté des communes et le conseil général nous soutiennent. Aujourd’hui, le succès grandissant du festival et sa visibilité accrue nous permettent d’espérer attirer d’autres partenaires de poids, car j’ai beaucoup d’idées pour notre développement. Sans eux, je ne prendrai pas plus de risques. Chi va piano va sano !

Pour lire la suite ( %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Mots clés :
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous