Le trio Karénine s’impose à Munich

Laurent Vilarem 08/10/2013

Depuis 2007, le concours de l’ARD de Munich n’avait pas été ouvert aux trios avec piano. Cette année, le trio Karénine y a remporté le 2e prix ex aequo (le 1er prix n’ayant pas été attribué). Entretien avec Louis Rodde, 26 ans, violoncelliste du trio.

© trio Karénine

Qu’apporte un 2e prix dans un concours comme celui de Munich pour une formation telle que le trio avec piano ?
Nous étions évidemment ravis d’obtenir un tel prix à Munich, d’autant que cette reconnaissance nous vient d’éminents musiciens qui ont fait carrière dans le trio avec piano. Le concours de l’ARD est peut-être ce qui se fait de mieux pour notre formation. Le jury était présidé cette année par Menahem Pressler, le légendaire pianiste du Beaux-Arts Trio.

Nous espérons maintenant que ce prix va nous aider à développer notre activité de concerts en France comme à l’étranger. Une tournée est prévue au printemps prochain en Allemagne avec les lauréats du concours, et nous jouerons en 2014 à l’auditorium du Louvre, au Palazetto Bru Zane de Venise et au musée des beaux-arts à Montréal.

Un 2e prix, alors que le 1er n’est pas décerné, a-t-il un moindre impact qu’un “vrai” 1er prix ?
La présence d’ex aequo est souvent une question de répartition de points au sein du jury. Certes, qu’il y ait deux deuxièmes prix signifie qu’aucun trio n’a pleinement convaincu le jury, mais le niveau du concours de l’ARD est tellement exceptionnel qu’un premier prix est rarement décerné. A titre d’exemple, parmi les quatre disciplines représentées cette année, seul l’alto a vu décerner un premier prix.
Les quatuors ont le vent en poupe. Peut-on faire le même type de carrière en trio ?
Nous avons coutume de dire qu’un trio avec piano est un ensemble très fusionnel avec trois solistes qui échangent. Le trio Karénine a été formé en 2009. Nous avons effectué un vrai travail de fusion instrumentale et développé une esthétique commune. Après, cela ne nous empêche pas d’avoir d’autres expériences musicales à côté. Mais il est évident que le concours de l’ARD est une bénédiction pour continuer. Le trio Wanderer a montré par le passé qu’on pouvait faire carrière avec un trio en France. Il existe actuellement toute une génération de jeunes chambristes qui ont éveillé l’intérêt pour le trio. Le trio avec piano est une vraie formation constituée. Son répertoire s’étend de Haydn jusqu’à la musique contemporaine, et son évolution est très cohérente. Il a toute sa place dans les salles de concert.

Bio express

Création en 2009 par Anna Göckel, violon, Louis Rodde, violoncelle, et Paloma Kouider, piano.
En résidence à la Fondation Singer-Polignac depuis septembre 2010.
Prix Pro Musicis international en décembre 2011.
Lauréat de la Fondation d’entreprise Banque populaire en 2012.

Pour retrouver le trio Karénine en concert

20 octobre, 17 h, Husseren-Wesserling (68), Ecomusée : Schumann, Henze ;
5 novembre, 20 h, Caen, auditorium : Haydn, Beethoven, Schumann ;
7 décembre, 20 h, Paris, salle Cortot, avec Alexandra Soumm, violon, Maria Mosconi, alto, Guillaume Vincent, piano, Armelle Khourdoïan, soprano, Thomas Dunford, luth… : Dowland, Schumann, Debussy…

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous