Electroacoustique au conservatoire d’Amiens

Laurent Vilarem 14/11/2013
A l’occasion de la 13e édition des Journées nationales de l’électroacoustique, entretien avec André Dion, professeur de la classe d’électroacoustique, en charge de l’événement.
Quel est l’historique de cette manifestation ?
Ces Journées nationales ont été créées il y a dix ans au Conservatoire de Lyon. Elles constituent pour l’Association des enseignants de la composition en musique électroacoustique (AECME) un temps fort valorisant la vitalité du travail des élèves et la diversité des esthétiques de leurs professeurs. La manifestation change de lieu chaque année, mais les Journées se dérouleront exceptionnellement pour la deuxième année consécutive à Amiens. Une trentaine d’élèves de divers conservatoires de France, ainsi que dix élèves de grandes écoles étrangères (Japon, Royaume-Uni, Chine, Autriche, Italie, Belgique) se réuniront ainsi dans les locaux de notre conservatoire, du 30 novembre au 4 décembre.
Quels seront les temps forts de ces journées ?

Il y aura des stages, ateliers, classes de maître, tables rondes, conférences et, bien sûr, des concerts. Nous avons invité des électroacousticiens comme François Bayle, Alain Savouret, Michel Chion, Denis Dufour, Jonathan Prager, Jean-Marc Duchenne, Jean-François Minjard, mais aussi des personnalités qui, au hasard de leur travaux, ont travaillé avec ce genre musical comme le preneur de son Fernand Deroussen, le chorégraphe Pat O’Bine, l’helléniste Philippe Brunet, le vidéaste Vincent Ciciliato, et une dizaine d’interprètes instrumentistes conviés pour des pièces mixtes. Les concerts salle Dutilleux du CRR seront interprétés sur acousmonium Motus comportant une cinquantaine de haut-parleurs, tandis que les concerts holophoniques seront diffusés sur panneaux acoustiques, acousmobile ou sur dispositif 7.1. Divers lieux dans la ville seront investis : la cathédrale, le parc de l’évêché pour une restitution de prises de son pentaphonique au zoo d’Amiens, l’université pour une écoute de la prosodie en quarts de ton du grec ancien, la Briqueterie pour une approche des dernières techniques multicanaux ou holophoniques…

Quelle place tient l’enseignementde l’électroacoustique au CRR d’Amiens ?

La classe d’électroacoustique du conservatoire a été l’une des premières à avoir été créées en France : c’était en 1983. Elle a formé environ 300 élèves, dont beaucoup sont aujourd’hui professionnels, soit dans les techniques du son, soit dans la création sonore. Les débouchés sont multiples puisqu’ils travaillent dans l’événementiel, le naturalisme documentaire, le théâtre, la radio, l’audiovisuel ou dans la création purement électroacoustique ou acousmatique. En outre, les élèves de la classe électroacoustique du conservatoire sont de plus en plus sollicités par les collectivités territoriales.

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous