Le Lille Piano(s) Festival a soufflé ses dix bougies

Elsa Fottorino 24/06/2014
Un florilège de pianistes de tous horizons était réuni aux dernières heures du printemps à l’occasion de la 10e édition du Lille Piano(s) Festival, une manifestation créée par le chef d’orchestre Jean-Claude Casadesus.

Jean-Claude Casadesus et David Kadouch (U. Ponte).
A l’Auditorium, le programme du concert d’ouverture était contrasté, qui associait deux grandes pages pour piano et orchestre: une œuvre rare – Diversions de Britten, pièce écrite pour la main gauche – et un "tube" – le Concerto n°2 de Chopin. Diversions, construit comme un thème et variations, a été commandé au compositeur britannique par Paul Wittgenstein, revenu amputé d’un bras de la Grande Guerre. Une page aux harmonies déchirantes, au lyrisme inattendu, défendue par le pianiste Nicolas Stavy. Son interprétation énergique convainc, bien que la sonorité soit parfois un peu dure. A la tête de l’Orchestre national de Lille, le chef Paul Polivnick obtient des couleurs ténébreuses dans cette partition, n’hésitant pas à faire rugir les basses. Pour le concerto de Chopin, Jean-Claude Casadesus prend le relais à la baguette et David Kadouch au piano. Le soliste sublime ces pages, avec notamment un deuxième mouvement éblouissant de finesse et de sensibilité. Large palette de dynamiques, souplesse du phrasé, précision instinctive du rubato... son interprétation appelle les superlatifs! (13 juin)
Elsa Fottorino

Pour lire la suite ( %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous