Budget : Des structures aidées, d’autres moins

Antoine Pecqueur 20/10/2015
Le budget du ministère de la Culture réduit les dépenses des grandes institutions et augmente les crédits des projets pédagogiques.
Dans tout projet de loi de finances, il y a les perdants et les gagnants. Cela n’épargne pas la culture, où certaines institutions vont devoir réduire leurs dépenses, tandis que d’autres sont appelés à se développer. L’Opéra de Paris voit sa subvention baisser de 1 million d’euros, tandis que l’Opéra-Comique bénéficie de 6,6 millions supplémentaires pour l’organisation d’une saison “hors les murs”.
En outre, 11 millions d’euros de crédit de paiement seront distribués au théâtre de Chaillot et à l’Opéra-Comique pour les travaux de rénovation.
Mais la nouvelle la plus importante concerne le projet Demos, dont l’aide est en hausse de 43 % (passant de 3,45 millions à 4,95 millions d’euros). Cela illustre parfaitement les priorités du gouvernement : la fameuse démocratisation culturelle avec un lien étroit entre la culture et le social. Fort de ce financement, le projet Demos bénéficiera, au travers de 30 orchestres, à près de 3 000 jeunes, avec 1 000 jeunes supplémentaires chaque année. Ce projet a un coût, car les instruments sont achetés pour être prêtés gratuitement aux jeunes, qui apprennent la musique à travers la pratique collective – un fonctionnement inspiré du Sistema vénézuélien.
La pédagogie a donc de nouveau les honneurs du ministère : l’Etat fait son retour attendu dans le financement des conservatoires (CRR et CRD) à hauteur de 13,5 millions d’euros. Enfin, les Smac sont aux anges : le dispositif des salles de musiques actuelles voit son plan de développement en hausse de 19,4 % (11,7 millions d’euros contre 9,8 millions d’euros en 2015).
Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous