Concours d’Orléans : Françoise Thinat tourne la page

Suzanne Gervais 04/11/2015
Double actualité pour Françoise Thinat qui se retire du concours qu’elle a fondé en 1989, tandis que le label Solstice réédite, dans un double CD, son interprétation des sonates de Dukas et de Barraqué.
Quel regard portez-vous sur l’évolution du concours ?
Mon idéal était de répandre le plus possible la musique pour piano du 20e siècle, car, à l’époque, ce répertoire immense était très peu joué ! Aux concours, c’était Mozart, Chopin… peut-être une pièce de Ravel de temps en temps mais pas davantage. Je voulais faire connaître un répertoire qui n’était pas joué. Aujourd’hui, cela a bien changé : Schoenberg et Boulez sont devenus des classiques et l’on joue les Etudes de Ligeti presque autant que celles de Chopin…

Pour lire la suite (80 %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

1€

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous