Fragments mozartiens

Alain Pâris 09/02/2016
A la mort de Mozart, l’inventaire de sa succession comprenait une centaine d’extraits pour diverses combinaisons instrumentales, œuvres à peine commencées ou presque achevées selon les cas. Plusieurs d’entre eux font aujourd’hui l’objet d’une édition soignée.
La veuve de Mozart, Constance, pour en tirer le meilleur profit, offrit ces extraits à différents éditeurs non sans avoir demandé à l’abbé Maximilian Stadler (à ne pas confondre avec Anton Stadler, dédicataire du concerto et du quintette avec clarinette) d’achever ce qui pouvait l’être. On la comprend, c’était plus facile à vendre et elle ne roulait pas sur l’or.

Pour lire la suite (89 %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

1€

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous