A Toul, un nouveau souffle pour l’orgue

Cinquante-trois ans, presque jour pour jour, après son inauguration en 1963 par Gaston Litaize, le grand-orgue de la cathédrale de Toul a littéralement ressuscité après quatre années de travaux qui lui ont redonné un lustre nouveau.
Le matin même, sous les doigts de Pascal Vigneron, initiateur et coordinateur de ce vaste chantier, les 4896 tuyaux se sont éveillés un par un au cours d’une messe de bénédiction célébrée par l’évêque de Nancy-Toul, l’archevêque de Strasbourg et l’évêque émérite de Belfort.
L’après-midi, c’est Olivier Latry, titulaire des grandes-orgues de Notre-Dame de Paris, qui était convié par la municipalité de Toul, maître d’œuvre de ce grand projet au service du festival Bach qu’elle organise depuis six ans. En hommage à Gaston Litaize, Olivier Latry a exécuté le même programme que son illustre prédécesseur. 
Conçu par le facteur strasbourgeois Curt Schwenkedel, et entièrement restauré par Yves Koenig de Sarre-Union, de bénévoles, et de Pascal Vigneron, directeur artistique du festival Bach et technicien-conseil de la ville de Toul, l’instrument a trouvé en Olivier Latry l’interprète idéal. 
De Buxtehude à Litaize, en passant par Bach bien sûr, Couperin, Franck et Messiaen, l’organiste parisien a couvert trois siècles de musique faisant œuvre à la fois de poésie et de virtuosité, révélant de manière inattendue, dans l’interprétation du Choral en la mineur de Franck, les sonorités néo-baroques retrouvées de l’instrument, avant de conclure par une grande improvisation sur le nom de Gaston Litaize, incluant pour le plus grand plaisir du public le thème du chant traditionnel En passant par la Lorraine ! (12 juin)
Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous