Un nouveau festival dans le Var

Philippe Thanh 28/06/2016
Frédéric Wolf, violoniste de formation, est organisateur de concerts. A la tête de la société de production Art Management, il a créé le festival Classica Bandol dont la deuxième édition se déroulera du 6 au 14 août.
N’est-ce pas osé de lancer un nouveau festival dans le contexte économique actuel ?
Cela fait plus de vingt-sept ans que je suis membre du Syndicat national des entrepreneurs de spectacles. Aujourd’hui, face à un ministère de la Culture qui part à vau-l’eau, il me paraît indispensable que les entreprises privées prennent le relais, y compris dans le champ musical. Mais nous sommes confrontés à une vraie inégalité : alors que des tourneurs de théâtre, des compagnies de danse, des cirques – qui sont autant d’entreprises privées – perçoivent des subventions des pouvoirs publics, en musique ces aides ne vont qu’aux structures associatives. A Bandol, le festival, créé l’été dernier, ne se finance que par le mécénat et la billetterie.
Votre programmation semble davantage résulter de coups de cœur que suivre une thématique…
Exactement, je suis passionné par tous les arts et, même dans un festival de musique classique, j’aime programmer des styles différents. Cette année, nous accueillons aussi bien le claveciniste Jean Rondeau, le quatuor de clarinettes Anches hantées, la pianiste Hélène Tysman et Francis Huster pour un “concert théâtral” consacré à Musset, que l’accordéoniste Elodie Soulard ou encore un ciné-concert sur Le Fantôme de l’Opéra, le film muet de Rupert Julian… Nous aurons aussi des récitals de musique de chambre avec le quatuor Zaïde, Laure Favre-Kahn et Caroline Sageman pour un récital à deux pianos, Lyonel Schmit, violon, et Eric-Maria Couturier, violoncelle…
A propos de ce ciné-concert, il sera accompagné sur un orgue de cinéma.
L’orgue de cinéma, inventé à la fin du 19e siècle, servait à l’accompagnement dans les théâtres puis dans les salles de cinéma. L’instrument a connu son apogée dans la première moitié du 20e siècle, avant l’avènement du cinéma parlant. Jean-Philippe Le Trévou, passionné par ces instruments (il représente les orgues Allen en France), accompagnera ce ciné-concert sur son orgue de cinéma, le seul itinérant en France.
Dans quels lieux se déroulent les concerts ?
Nous utilisons différents sites : le théâtre (500 places), l’église (300 places), le centre culturel (130 places) pour certaines soirées de musique de chambre. En outre, quelques concerts ont lieu en plein air, comme Le Fantôme de l’Opéra.
Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous