Le top ten des chefs américains

06/09/2016
J’ai lu le top ten des revenus des chefs d’orchestre américains dans le dernier numéro de La Lettre du Musicien (481). Deux remarques me viennent à l’esprit.
1. Comment expliquez-vous qu’un chef aussi peu connu que Jaap Van Zweden à la tête d’un orchestre, disons de… second rang comme celui de Dallas, gagne plus du double de ce que perçoivent un Ricardo Muti à Chicago ou un Christoph Eschenbach à Washington ?
2. Ces données sont un bel exemple de transparence. Pourquoi n’avons-nous pas la même chose en France, d’autant plus que nos orchestres sont – contrairement aux formations américaines – largement financés par l’argent du contribuable ?
Eric Balland
Selon le New York Times, il semble que les gains de M. Van Zweden soient composés d’un salaire de 1,8 million de dollars et d’une “prime à la signature”. De son côté, The Dallas Morning News a titré à ce sujet : « Holy cow ! Jaap van Zweden was one well-paid dude at the Dallas Symphony Orchestra » (Vache sacrée ! Jaap van Zweden était un mec bien payé à l’Orchestre symphonique de Dallas). Cela n’a pas empêché le chef néerlandais de se faire “libérer” de son contrat un an avant son terme puisqu’il prend la direction du New York Philharmonic en 2018.
Quant à votre seconde remarque, elle est certainement partagée par de nombreux lecteurs. Il y a encore des progrès à faire en France, en matière de transparence.

Pour lire la suite ( %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Mots clés :
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous