Les Sacqueboutiers soufflent leurs 40 bougies

Suzanne Gervais 28/09/2016
L’ensemble toulousain explore le répertoire des cuivres anciens, de la Renaissance au Grand Siècle. Le cornettiste Jean-Pierre Canihac, directeur artistique, en retrace le parcours.
Quelle est l’histoire des Sacqueboutiers ?
L’ensemble est né du quintette de cuivres modernes que nous avions constitué avec mon collègue Jean-Pierre Mathieu, professeur de trombone au conservatoire de Toulouse, au début des années 1970. C’est Xavier Darasse, professeur d’orgue, qui nous a aiguillés vers le répertoire ancien des cuivres… Nous avons découvert que nos instruments avaient des ancêtres passionnants. Mais il a fallu les maîtriser : si le trombone est l’évolution naturelle de la sacqueboute, le cornet à bouquin est très différent de la trompette ! D’autant que personne n’en jouait à ce moment-là. Nous avons fait d’énormes recherches, passé des heures à la bibliothèque de Bologne, en Italie, sillonné presque tous les musées d’instruments d’Europe.

Pour lire la suite (70 %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

1€

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Accès abonnés :
Mauvais identifiant ou mot de passe
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous