Web 2.0 : les orchestres interactifs

Phalanges symphoniques et ensembles spécialisés se lancent de plus en plus dans les projets numériques. Simples gadgets ou véritable révolution ? Analyse.
En France, les orchestres symphoniques ont longtemps été à la peine en matière de développement numérique. Le public de la musique classique étant constitué majoritairement de spectateurs âgés, les phalanges ne pensaient sans doute pas nécessaire de devoir s’investir dans ce domaine. Or, désormais, face à la baisse de la fréquentation des salles de concert, les orchestres se mobilisent pour conquérir une nouvelle audience, plus jeune et plus diversifiée socialement. Et le numérique représente alors un atout essentiel, déclinable sous différentes formes.
Pour lire la suite de cet article (1952 mots):

Vous avez aimé cet article ?
N’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux.

Vous souhaitez déposer un commentaire ? Utilisez le champs ci-dessous (attention, pour laisser un commentaire, vous devez préalablement vous identifier ou vous inscrire).

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit,, sinon Inscrivez-vous