Les dérives du financement participatif

Le crowdfunding est aujourd’hui mis à toutes les sauces. La musique ne fait pas exception, depuis l’achat d’instruments d’orchestre jusqu’aux financements de concerts. Des projets parfois controversés.
En 2015, le crowdfunding, ou financement participatif, a permis de lever, en France, près de 297 millions d’euros auprès de 2,3 millions de financeurs (soit près du double des 152 millions collectés en 2014), pour 17 775 projets de nature extrêmement variée (chiffres issus du baromètre du crowdfunding en France – 2015, par Financement Participatif France, l’association des professionnels du secteur). Apparu il y a quelques années, le financement participatif ne cesse de se développer au point d’être considéré aujourd’hui comme le mode de financement de l’avenir. Encore jeune et aux contours parfois flous, notamment sur le plan juridique, il est à l’origine d’un certain nombre de dérives et d’abus. On cite souvent comme exemple la plateforme GoFundMe sur laquelle, en 2014, furent présentées à la fois la campagne destinée à financer les funérailles de Michael Brown, le jeune Américain abattu par un policier à Ferguson, et celle en faveur du policier incriminé pour couvrir les frais de son procès !
Pour lire la suite de cet article (979 mots):

Vous avez aimé cet article ?
N’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux.

Vous souhaitez déposer un commentaire ? Utilisez le champs ci-dessous (attention, pour laisser un commentaire, vous devez préalablement vous identifier ou vous inscrire).

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit,, sinon Inscrivez-vous