Entre mal savoir et bien ignorer… choisissez de bien ignorer

Dans un univers saturé d’informations, où le savoir est presque devenu un culte, il est souvent difficile d’admettre que l’on ne sait pas. Et pourtant, le reconnaître permet de maîtriser ses émotions, de rester calme et disponible.
Nos têtes sont bourrées d’informations de différents types. Des mots par dizaines de milliers, des images, des souvenirs, des formules, des associations entre différentes informations… et beaucoup, beaucoup d’émotions aussi. Les émotions déterminent comment nous retenons les informations, comment nous les organisons, comment nous les vivons dans le quotidien. Le tissu émotionnel est semblable à une membrane sur laquelle sont imprimées les informations. Quand vous imprimez une information sur la membrane, cela déclenche un réflexe émotionnel (de plaisir ou de déplaisir, d’amour ou de haine, d’hostilité ou d’indifférence, d’orgueil ou de honte…). Or, logiquement le tissu émotionnel réagit également quand vous avez besoin de faire ressortir une information du “dépôt”.
Pour lire la suite de cet article (1034 mots):

Vous avez aimé cet article ?
N’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux.

Vous souhaitez déposer un commentaire ? Utilisez le champs ci-dessous (attention, pour laisser un commentaire, vous devez préalablement vous identifier ou vous inscrire).

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit,, sinon Inscrivez-vous