Le Centre de musique baroque de Versailles fête ses 30 ans

Suzanne Gervais 11/04/2017
En trois décennies, le CMBV s’est imposé comme un acteur incontournable de la révolution baroque en France.
A la fois centre de recherche, de formation et producteur, il est également un pôle ressource en France et à l’étranger. Etat des lieux.

Des marionnettes, un vaste décor en bois peint, trois chanteurs (la mezzo-soprano Marie Lenormand, les barytons Arnaud Marzorati et Alain Buet) et les musiciens de La Clique des Lunaisiens : “Atys en folie”, parodie haute en couleur de l’opéra de Lully, était à l’affiche de la Halle culturelle de Trappes-en-Yvelines le 2 mars, dans le cadre du projet Générations Lully piloté par le Centre de musique baroque
de Versailles (CMBV). Deux représentations qui ont rassemblé près de 600 spectateurs : collégiens, lycéens et membres d’associations. Parfois étonné, le public a fait preuve d’un vif enthousiasme pour ces pages du 18e siècle.

Un peu d’histoire

Le CMBV voit le jour en 1987, à l’initiative de Philippe Beaussant et de Vincent Berthier de Lioncourt. La rencontre de l’historien et du musicien est fructueuse : constatant que la musique française des 17e et 18e siècles est bien moins connue, mais tout aussi riche, que les répertoires baroques d’Allemagne et d’Italie, ils décident de lancer un mouvement de redécouverte et de valorisation de ce patrimoine tombé dans l’oubli.

Pour lire la suite (86 %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

1€

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Accès abonnés :
Mauvais identifiant ou mot de passe
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous