L’essor des départements de musique ancienne

Suzanne Gervais 11/04/2017
Le développement du répertoire baroque et du jeu sur instruments d’époque s’est répercuté dans les conservatoires. Ceux-ci accordent, aujourd’hui, une large place à l’apprentissage des instruments anciens,
en lien de plus en plus étroit avec les cursus modernes.
Bien au-delà du simple phénomène de mode auquel voulaient l’assimiler ses détracteurs, la révolution baroque est devenue une composante essentielle du paysage musical. La preuve en est la vitalité des ensembles spécialisés. L’impact est également pédagogique : le retour aux instruments anciens a modifié en profondeur l’enseignement en conservatoire.

Du stage au cursus diplômant

Soutenue par une poignée de pédagogues passionnés, la musique ancienne arrive dans les conservatoires à la fin des années 1980, d’abord sous forme de stages ponctuels, avant de s’imposer comme un cursus à part entière. Le département de musique ancienne du Conservatoire de Lyon est l’un des pionniers : créé en 1988, il fêtera ses 30 ans l’an prochain. « Le département a été fondé sur le modèle de la Schola Cantorum de Bâle, rappelle Anne Delafosse, sa coordinatrice. On y enseigne la musique ancienne au sens large : Moyen Age, Renaissance, période baroque. » Il regroupe aujourd’hui 75 étudiants, répartis sur cinq ans d’études, pour 22 professeurs. A Toulouse, le pôle Arts baroques du CRR est ouvert en 1990. Ce cursus spécialisé de trois ans prépare au DEM, mais son fonctionnement est singulier : les 50 élèves se retrouvent une fois par mois, du jeudi au dimanche. Encadrés par l’équipe de 15 professeurs, ils suivent des cours individuels, participent à plusieurs ateliers ainsi qu’aux répétitions de musique d’ensemble.

Pour lire la suite (88 %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

2€

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Accès abonnés :
Mauvais identifiant ou mot de passe
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous