Musiques de scène en Urtext

Alain Pâris 11/05/2017
Avant l’apparition de la musique enregistrée, la musique vivante était omniprésente dans les salles
de spectacle. Rares étaient les pièces de théâtre qui n’étaient pas soutenues par un petit ensemble instrumental dont l’effectif devait s’adapter à la taille des fosses d’orchestre. Et l’on commandait des œuvres originales, souvent remaniées plus tard pour le concert sous forme de suites d’orchestre.
L’orchestre n’était pas la tasse de thé de Gabriel Fauré. Adepte des petits effectifs, il déléguait souvent à d’autres, disciples ou amis, le soin d’orchestrer ses œuvres. Charles Koechlin a été l’un d’entre eux pour Pelléas et Mélisande. Marcel Samuel-Rousseau a participé à Masques et Bergamasques. La nouvelle édition Fauré entreprise chez Bärenreiter dans le cadre de Musica Gallica sous la direction de Jean-Michel Nectoux proposait, l’année dernière, ces deux suites dans le volume IV/2 avec d’autres pièces pour orchestre. Les voici en éditions séparées, sous la belle couverture violette qui remplace avec bonheur les petites partitions Hamelle ou Durand difficiles à lire et parsemées d’erreurs.

Pour lire la suite (73 %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

1€

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous