Musique pour orchestre à l’aube du 19e siècle

Alain Pâris 13/06/2017
Les périodes de transition sont toujours d’une richesse étonnante. Sur un fond hérité d’une époque presque révolue se profilent les prémices d’un temps nouveau dans une langue en rupture totale avec le passé.
François Devienne était un contemporain de Mozart. Flûtiste de son état, il a laissé une abondante littérature pour son instrument, mais aussi des œuvres dans lesquelles les instruments à vent sont traités avec une indépendance encore inhabituelle à cette époque : il fait partie de ces compositeurs qui ont fait la gloire du Concert Spirituel. Parmi la douzaine d’ouvrages lyriques qu’il a composés, Les Comédiens ambulants (1798) sont dotés d’une ouverture très originale, véritable symphonie concertante en miniature, où un quintette à vent dialogue avec le reste d’un effectif orchestral classique.

Pour lire la suite (86 %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

1€

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous