Révélons notre génie musical

Pascal Le Corre 13/06/2017
L’enseignement musical tel qu’il est pratiqué en France – c’est-à-dire fondé pour une large part sur la compétition – est-il le plus à même de favoriser sinon l’éclosion du génie, du moins l’épanouissement individuel du musicien ? L’analyse de Pascal Le Corre.
La musique est une éducation de l’être. Elle nous apprend à connaître et à maîtriser notre corps et nos émotions, à développer nos capacités cognitives et créatives, à affirmer notre sens de la beauté. Elle est surtout un plaisir, une passion qui nous procure bonheur et bien-être. Elle peut aussi devenir au fil des années d’apprentissage une compétition, une course effrénée pour atteindre un niveau où l’obsession de la performance engendre un contrôle permanent, générant des peurs, des angoisses et de nombreuses frustrations.

Le bon génie

Pour une personne, adulte ou enfant, qui débute la musique, les premiers moments à l’instrument sont source de fascination : les premiers sons produits grâce à nos doigts et notre corps sont étonnants, émouvants, surprenants, curieux : ils nous relient immédiatement à notre potentiel créatif. Ces premiers sons tracent aussi un chemin vers la beauté, même si le chemin pourra être jonché de fausses notes, de maladresses, d’erreurs, de ratages !
Que la passion pour la musique soit grande ou petite, c’est notre partie créative qui s’active en début d’apprentissage, celle de notre enfant intérieur qui joue et s’amuse avec notre bon génie

Pour lire la suite (92 %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

2€

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous