Ouranos, un ensemble qui a du souffle

Suzanne Gervais 13/06/2017
Le quintette à vent Ouranos a remporté le premier prix du Concours de musique de chambre de Lyon, le 23 avril. Le clarinettiste Amaury Viduvier répond à nos questions.
Quelle est l’histoire de l’ensemble Ouranos ?
Tout a commencé au festival de Pâques de Deauville où j’ai rencontré Yves Petit de Voize, directeur artistique de la Fondation Singer-Polignac. En 2014, il m’a proposé de réunir un quintette à vent pour y effectuer une résidence. Avec Rafael, Mathilde, Philibert et Nicolas, nous nous connaissions depuis nos études au Conservatoire de Paris. On s’entendait très bien, mais de là à savoir si nous serions complémentaires en quintette… Heureusement, l’alchimie a pris. Déchiffrer des partitions ensemble est le meilleur moyen d’apprendre à connaître des musiciens.

Comment avez-vous appréhendé le concours de Lyon ?

Une préparation intensive de sept mois nous a permis de franchir un cap : nous avons trouvé notre son. Chacun d’entre nous a des activités en dehors du quintette : nous nous retrouvions donc pour de grandes sessions de travail d’une semaine. Un ensemble à vent ne peut pas jouer huit heures par jour comme un quatuor à cordes. Si la flûte et la clarinette permettent de travailler jusqu’à six ou sept heures, un corniste ne peut pas, physiquement, dépasser les cinq heures. Nous nous sommes régalés avec les Bagatelles de Ligeti ou encore la transcription par David Walter du Quatuor américain de Dvorak. Nous avons travaillé avec le quatuor Hermès pour être au plus près du son des cordes…
Justement, quel est votre répertoire ?
Nous aimons nous produire avec des cordes, du piano, du chant… Nous avons notamment un projet avec un quintette à vent jazz. Côté classique, nous aimons beaucoup Nielsen, qui a composé de redoutables concertos pour chacun de nos instruments. C’est cet éclectisme qui nous démarque : nous ne voulons pas être un énième quintette à vent, même si cette formation est encore peu médiatisée en France. On cantonne souvent nos instruments à l’orchestre, alors que les possibilités en musique de chambre sont infinies…
Un mot de vos projets ?
Nous enregistrerons notre premier disque, chez le label Nomad Musique. Nous prenons bientôt la route des festivals, avec un concert Dvorak, Nielsen et Ligeti à Chirens le 15 juillet, un programme Poulenc et Rimsky-Korsakov avec le pianiste Guillaume Vincent à Paris le 16, puis deux concerts consacrés au compositeur suédois Franz Berwald et à Villa-Lobos à Deauville, les 5 et 9 août.
Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous