Piano et marimba, duo gagnant au Japon

Suzanne Gervais 28/06/2017
Thomas Enhco et Vassilena Serafimova ont remporté le deuxième prix du Concours de musique de chambre d’Osaka, le 22 mai. Le pianiste raconte l’histoire d’un tandem atypique.
Comment vous êtes-vous rencontrés ?
C’est mon professeur de piano, Gisèle Magnan, qui a eu l’idée de nous faire jouer ensemble. En 2008, elle m’a annoncé qu’elle avait programmé un concert avec moi et « une percussionniste bulgare absolument fantastique ! ». Nous avions six mois pour monter un programme. J’étais perplexe : qu’allaient jouer un pianiste de jazz et une percussionniste classique ? Vassilena et moi nous sommes vite rendu compte que nous avions beaucoup de goûts musicaux en commun. Moi qui ne connaissais pas le marimba, j’ai été subjugué par son interprétation des Suites de Bach… Nous avons donc commencé à nous produire dans des festivals, comme Pianoscope à Beauvais.
Quel est votre répertoire ?

Transcriptions de Mozart, Piazzolla ou Bach entrecoupées d’improvisations, folklore d’Europe de l’Est, musique contemporaine, jazz : le potentiel créatif d’une formation telle que la nôtre est énorme. Contrairement au quatuor à cordes, nous n’avons pas de répertoire balisé. Nous nous sommes donc construit notre corpus d’œuvres et un catalogue de sons : pour certaines pièces, nous préparons nos instruments, nous chantons… Nous improvisons beaucoup pour créer notre pâte sonore. Un véritable travail de musique de chambre.

Osaka était votre premier concours ensemble…

Vassilena a déjà remporté plusieurs concours de percussions classiques, comme l’ARD de Munich. Je suis moins habitué aux compétitions, à part les tremplins de jazz. Nous avons été séduits par la catégorie libre, Festa, du concours d’Osaka. Il fallait présenter trois programmes d’une demi-heure chacun. Préparer un concours requiert un travail colossal. Heureusement, les épreuves ressemblent aux concerts : le jury est un public qui vote. Ils sont certes plus critiques sur la technique… mais ce sont des êtres humains qu’il s’agit d’émouvoir.

Où pourra-t-on bientôt vous entendre ?

Cet été, nous sillonnons la France et les festivals. En août, nous nous envolerons pour Los Angeles où nous nous produirons le 21. Le deuxième prix au concours d’Osaka n’aboutissait pas à des engagements immédiats, mais je me produis souvent en tant que soliste au Japon : peut-être aurons-nous l’occasion de donner des concerts !

Prochains concerts

Redon le 13 juillet, La Roque-d’Anthéron le 25, Hardelot le 28, Cabourg le 2 août, Onzain le 26, Paris, Jazz à la Villette, le 3 septembre, Albi le 8, Salzbourg le 19.

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous