Au festival Chopin à Paris, Marie-Catherine Girod et son élève Sheng Wang

A l’Orangerie de Bagatelle, la pianiste française a répondu à son tour au thème de la saison, « Passion et transmission », en partageant l’affiche avec son élève à l’Ecole normale de musique. Au programme : Chopin et Prokofiev en solo, Fauré et Messager à quatre mains

Natif de la province de Fujian (à 1600 km au sud de Pékin), Sheng Wang s’est formé au Conservatoire de Shangaï avant d’intégrer le CRR de Paris puis l’Ecole normale de musique en 2012. Archétype de l’élève en devenir, le jeune pianiste se distingue déjà par un jeu précis et sûr, une qualité de réflexes extraordinaire, une pulsation immuable, une aisance naturelle qu’il sera bientôt à même, guidé par son maître, d’irriguer davantage encore par la pensée, la culture et l’imaginaire.

Sans marquer de pause entre les pièces, Sheng Wang unit les trois nocturnes de l’opus 9 en un seul et même cycle. Allant, nettement ciselé (basses en léger décalage), le si bémol mineur manque non de fermeté mais de densité polyphonique et d’expressivité, en particulier dans les formules d’accompagnement ou sur les notes répétées. Mi bémol majeur délicat, legato, si majeur déstabilisé par une harmonie fautive avant sa réexposition, moins convaincant dans l’Agitato – question de couleurs, d’humeurs, de caractère, qu’un raffinement de la palette orchestrale, des modes d’attaques et de toucher palliera sans difficulté.

Barbare (col pugno !), dominée de haut, dure et tendue, la 6e Sonate de guerre de Prokofiev est en revanche très impressionnante de contrôle. Mécanique parfaite de l’Allegretto, imperturbable à 2/2. Si le Tempo di valzer gagnerait à être plus sensuel, lyrique, mieux dansé, le Vivace projeté vers l’avant, emporte des acclamations tonitruantes.

Après l’entracte, Marie-Catherine Girod déroule les Trois Nouvelles Etudes avec bonheur et ce sens aigu de l’organisation interne, des pics et du plan. Rachmaninov parlait d’apex, or l’art entier de la musicienne, qui mobilise ses moyens en conséquence, semble bien aboutir toujours à ces sommets cachés que recèlent les œuvres en leur sein (Fantaisie en fa mineur). La grande dame ne joue ni n’interprète : gouvernant son clavier à sa guise, elle chante ou dit selon l’expression ancienne, servie par une éloquence, une richesse de timbres, une musicalité vibrante ennemie du mièvre et du laid. Ajoutez à cela une absence d’effet, une humilité, un trac réels qui la font s’étonner des lauriers qu’elle recueille. Superbes cantilènes du Scherzo en si bémol mineur ! On aurait souhaité davantage de nocturnes : tempo giusto, masses et poids, arcs de phrasés sensibles, choral profond du do mineur, savoureuses frictions sonore du fa dièse mineur, sublime coda déjà fauréenne de l’op. 55 n° 1.

La soirée se referme sur les Souvenirs de Bayreuth de Messager et Fauré, fantaisie-quadrille vestige d’un moment de l’histoire du goût, bouffonnerie parodique aujourd’hui encore irrésistible d’esprit. Hojotoho de Brunhilde, chevauchée de Walkyries, leitmotiv du masque d’invisibilité, glorieux motif du Rhin en mi bémol, appel de Siegfried détourné en Dodo l’enfant dormira bientôt, chant d’amour de Siegmund, feuerzauber gentiment moqué… La Tétralogie sans ses peaux de bêtes, ses cornes à boire, ses boucliers, sa ferblanterie d’accessoire et son galimatias nordique passée au prisme de l’esprit français !

En bis, inversant leurs parties, le duo nous régale du Jardin féérique de Ravel (27 juin).

Festival Chopin à Paris 2017
Lire aussi nos comptes rendus des récitals de :
Alessandro Deljavan
Anne Queffélec et Clément Lefebvre
Aleksandra Swigut et Kamil Pacholec

 

Pour lire la suite ( %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous