En Essonne, un nouvel espace consacré au piano

Fondé par deux passionnés, Piano Lab est une nouvelle enseigne aux « déclinaisons multiples » qui entend « dépoussiérer sa branche » sans renoncer aux prestations d’un espace traditionnel de location-vente.
Quelque 1 000 mètres carrés d’exposition et d’ateliers. Plusieurs centaines d’instruments droits et à queue, neufs, d’occasion ou de collection, de l’Erard modèle 11 de 1860 au Sauter Omega en passant par les numériques Casio… Ouvert 7 jours sur 7 à Villebon-sur-Yvette, dans la vallée de Chevreuse, l’ensemble est niché au cœur du “premier parc tertiaire d’Europe” : le plateau d’activités de Courtabœuf qui jouxte le pôle scientifique et universitaire de Saclay.
« Apple et Microsoft y ont eu leur siège. Hewlett-Packard y a ouvert son centre de recherches. Pharmaceutique, ingénierie ferroviaire, aérospatiale… la zone regorge d’intelligences et d’idées », relève Florent Garcimore, directeur général de Piano Lab. Créée en 2016, l’enseigne offre d’abord « un lieu chaleureux qui permet à chacun de choisir un piano répondant à ses besoins ».

De Richter à Madonna Outre la vente d’accessoires spécifiques (banquettes, rehausseurs de pédales, luminaires), tous les services de base y sont naturellement proposés : accord, entretien, restauration, financement, expertise. « Une maison sérieuse doit garantir son travail sur chaque pièce mécanique. Harmonisation, égalisation du clavier, remplacement des cordes, pose de silencieux, ponçage des marteaux, étouffoirs, feutres, chevilles, châssis, garniture des mortaises de balancier… Nous embrassons la facture historique et contemporaine (Feurich, en particulier) et assurons la préparation et le transport d’instrument pour tout type de prestation publique », note Michel Labord, président de Piano Lab. Formé à New York et Hambourg chez Steinway, à Vienne par Bösendorfer, cet ancien directeur technique des pianos Rameau a été l’accordeur attitré de Richter et Michelangeli comme de Ray Charles, Madonna ou Keith Jarrett.

Univers acoustique et plexiglas Actif sur les réseaux sociaux, adepte des nouvelles technologies, Piano Lab étend ses activités jusqu’à l’enregistrement de disques, l’organisation de concerts sur place, la mise à disposition de locaux de répétition et “l’événementiel pluri-artistique”. L’équipe est également impliquée dans une démarche pédagogique : « Il faut faire découvrir cette boîte de couleurs aux plus jeunes, leur ouvrir un bel univers acoustique loin du numérique compressé. » Piano Lab se distingue enfin par sa touche créative : « La personnalisation, le sur-mesure ont désormais intégré la demande. Nous pouvons tailler une bibliothèque dans la carcasse d’un demi-queue. Nous avons récemment monté un double couvercle en plexiglas sur un Bechstein, construit un “piano galet” avec une coque en fibre de carbone, remis à neuf un Pleyel de 1920 dont le meuble, peint en bleu Klein, a été ajouré pour en dévoiler la mécanique. Quand la technique le permet, tout est possible ! Le bon vieux piano a un grand avenir devant lui. »
Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous