Des Américains à Paris… l’Orchestre de Cincinnati ouvre la saison de la Seine musicale

C’est le Cincinnati Symphony Orchestra qui a donné le coup d’envoi de la première saison programmée par Insula Orchestra dans la superbe acoustique du nouvel auditorium de l’île Seguin, à Boulogne-Billancourt, où la phalange de Laurence Equilbey est en résidence.

Deux soirées consécutives ont mis en valeur les grandes qualités de l’orchestre américain fondé en 1895, et dont de grands chefs et directeurs musicaux ont façonné le caractère et les traditions – Stokowski, Ysaÿe, Reiner, Goossens, Gielen…

Le premier programme mêlait à des pages de Bernstein (suite symphonique Sur les quais” et de Copland (A Lincoln Portrait), la Symphonie n° 5 de Tchaïkovski. Saluons la narration particulièrement émouvante de Lambert Wilson qui, dans l’œuvre de Copland a rendu (en français) toute la solennité du texte (des extraits de discours de Lincoln), parfaitement rythmée avec les interventions de l’orchestre.

Le lendemain, et à la surprise générale, c’est une page hors programme, un bis si l’on peut dire, qui a ouvert le concert : Short Ride in Fast Machine de John Adams (1986), brillamment rendu avec un élan époustouflant. Ensuite, le programme prévu réunissait la création mondiale d’une nouvelle édition critique d’Un Américain à Paris, avec notamment l’orchestration originale de Gershwin, et la Symphonie du Nouveau Monde de Dvorak. Pour terminer, en bis (post-concert cette fois-ci), l’Ouverture de Candide de Bernstein, bien relevée et jouée avec éclat.

Le tout sous la direction sobre et élégante de Louis Langrée, directeur musical de l’Orchestre symphonique de Cincinnati depuis 2013. (8 et 9 septembre)

Pour lire la suite ( %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous