Contrats aidés : quel impact pour les musiciens ?

Antoine Pecqueur 26/09/2017
La réduction drastique du nombre de contrats aidés annoncée par le gouvernement risque d’avoir un impact non négligeable sur le secteur culturel, et notamment musical. Analyse.
Dès l’annonce de la diminution massive des emplois aidés, les syndicats et fédérations du spectacle vivant sont rapidement montés au créneau, en arguant que ces emplois ne représentent pas un simple effet d’aubaine : ils sont, selon eux, indispensalbes pour des équipes à l’effectif bien plus modeste que dans le secteur marchand. Une secousse dans un secteur où le débat autour de l’intermittence du spectacle captait jusqu’alors l’essentiel de l’attention.

Les associations dans le viseur

Sans surprise, l’un des grands chantiers annoncés du nouveau gouvernement devait se concentrer sur la réforme du travail. Chose dite, chose faite. Cet été, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a donné un coup d’accélérateur à la réforme en annonçant la diminution drastique des contrats aidés. Drastique car elle concerne la suppression en 2017 de 159 000 contrats sur les 459 000 signés en 2016, même si une petite rallonge de 10 000 a entre-temps été concédée. L’équivalent de “200 Florange” dénonce une tribune signée par six adjoints au maire de Paris (Le Monde du 12 septembre).

Pour lire la suite (90 %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

2€

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Mots clés :
Partager:

Articles en relation :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous