L’enseignement de l’orchestre en conservatoire

Antoine Pecqueur 27/09/2017
C’est un enjeu majeur : développer la pratique musicale collective dans les conservatoires. De nombreux établissements mettent heureusement de plus en plus l’accent sur cet aspect de l’apprentissage, mais la France accuse encore un certain retard par rapport à l’étranger.
Lorsque nos confrères du magazine anglais Gramophone réunirent un panel de journalistes du monde entier pour dresser un palmarès des meilleurs orchestres de la planète, le verdict fut sans appel : il n’y eut aucun orchestre français parmi les dix meilleures phalanges. Comment expliquer cette situation ? La France offre pourtant un paysage musical riche en orchestres symphoniques, financés par la puissance publique dans des proportions souvent plus importantes que chez nos voisins. Individuellement, nos musiciens sont régulièrement récompensés en qualité de soliste dans les meilleurs concours internationaux. Ce n’est donc pas une question économique ou de technique individuelle. L’explication serait-elle alors culturelle ? Nous aurions une mentalité trop individuelle et pas assez collective ? Le tempérament latin ne serait dès lors pas fait pour l’orchestre… Cette justification paraît un peu rapide. Et si la raison venait en fait de l’éducation, de la préparation de nos jeunes musiciens au métier d’orchestre? Il faut dès lors s’interroger plus que jamais sur l’apprentissage du jeu symphonique dans les conservatoires.

Pour lire la suite (87 %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

2€

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Mots clés :
Partager:

Articles en relation :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous