Geminiani et Vivaldi au théâtre des Champs-Elysées

Michèle Worms 02/10/2017
Fabio Bondi, au violon et à la tête de l’Orchestre de chambre de Paris, proposait dans ce concert deux œuvres baroques jouées sur instruments d’aujourd’hui.

En premier lieu, La Foresta incantata de Geminiani (1754). Cette partition, qui fut la dernière du compositeur, était destinée à l’accompagnement d’une pantomime au palais des Tuileries. La longue suite des 22 mouvements, tantôt rapides tantôt lents, forme un ensemble convenu qui ne convainc guère.

Cela n’a fait qu’accroître le bonheur de retrouver, dans la deuxième partie, l’imagination et la verve bondissante de Vivaldi dans sa serenata Gloria e Imeneo, une œuvre composée en 1725 en l’honneur du mariage de Louis XV et Maria Lesczynska, et qui fut représentée dans les jardins de l’ambassade de France à Venise. La mezzo Vivica Genaux et la contralto Sonia Prina, dont les voix et l’allure sont très assorties, ont bien servi la diversité des airs, rivalisant (c’est le mot !) d’esprit et de virtuosité, soutenues par l’orchestre allègre sous la baguette de Fabio Bondi. (27 septembre)

Pour lire la suite ( %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous