Sophie Dartigalongue : «Je vis un rêve à Vienne»

Antoine Pecqueur 10/10/2017
Soliste au Philharmonique de Vienne, Sophie Dartigalongue donnera une classe de maître à Paris à l’invitation des bassons Püchner. Elle fait le point sur sa carrière.
Après deux ans passés au sein du Philharmonique de Vienne, dans quel état vous sentez-vous ?

Lorsque j’ai été recrutée, j’ai été observée, à l’instar de toutes les nouvelles recrues, hommes ou femmes, autrichiennes ou étrangères. Il y a au départ une certaine froideur, mais lorsqu’on est accepté, on est alors littéralement porté par l’orchestre. Depuis, je vis un rêve : travailler avec les plus grands chefs, les plus grands solistes. C’est une expérience musicale unique. Il faut préciser que le Philharmonique de Vienne comprend en fait deux orchestres : le Philharmonique et l’Orchestre de l’Opéra. Le rythme est très soutenu. Chaque année, je fais une centaine de soirées d’opéras. Et comme c’est un théâtre de répertoire, nous jouons très souvent sans répétition ! C’est stressant, mais cela évite toute routine.

Pour lire la suite (69 %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

1€

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous