Maison commune de la musique : qu’en attendre ?

Antoine Pecqueur 02/11/2017
Le projet de création d’un centre réunissant les acteurs de la filière musicale suscite un grand nombre de débats et vient encore plus crisper les relations entre secteurs marchand et subventionné.
Paradoxe d’un gouvernement qui revendique l’avènement d’un « nouveau monde », la Maison commune de la musique ressemble plutôt à un vieux dossier tout droit sorti de l’ancien. C’est en 2011, sous le mandat de Nicolas Sarkozy, que l’idée d’un centre national de la musique naît, avant de réapparaître sous le mandat de François Hollande. Une chose est sûre : ce projet symbolise à lui seul la dualité française, si forte dans le monde musical, entre secteur marchand et secteur subventionné.

Une nécessité ?

« C’est un vrai besoin, tout le monde l’a manifesté. Cette étude permettra de voir vraiment comment la configurer et de ne pas réfléchir ex nihilo », avait déclaré Françoise Nyssen lors du 51e Midem, le marché international de l’édition musicale à Cannes, en juin dernier. Déclaration qui peut surprendre tant le projet a déjà soulevé de nombreuses critiques depuis 2011. On notera que le cadre du Midem, où s’est exprimée la ministre de la Culture, représente majoritairement les acteurs des industries musicales et non du secteur subventionné. L’étude en question, confiée à Roch-Olivier Maistre, conseiller à la Cour des comptes, doit être rendue prochainement après consultation de tous les acteurs de la filière musicale.

Pour lire la suite (85 %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

2€

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous