Camille Pépin, la passion de l’orchestre

Benoît Menut 14/11/2017
Nous poursuivons notre série avec, cette fois, une toute jeune compositrice, au palmarès prometteur. Déjà remarquée pour ses premières œuvres, elle sera à l’affiche du prochain festival Présences.
Lors d’un cours de danse, une petite fille est beaucoup plus intéressée par les sons qui sortent du piano que par la barre ou les pas. L’instrument la fascine et, tout naturellement, elle demande à en jouer. Mais il lui faut attendre pour entrer au conservatoire ; alors, elle apprend seule à lire la musique. Un peu plus tard, son tempérament s’affirme : « Je n’aimais pas jouer du piano en public. J’ai préféré découvrir et lire le plus de musique possible et commencer à écrire. »

Du hip-hop à l’orchestre

Comme souvent chez les esprits créatifs, Camille Pépin assume sa dualité. Jeune (elle a tout juste 27 ans), brillante et d’un abord aisé, elle révèle aussi, par ses œuvres et au détour des confidences, un monde intérieur foisonnant. Comme du désir au “faire” il n’y a au fond qu’un pas, elle trace calmement et fermement son sillon. « Ecrire est d’abord une nécessité intérieure. Cela me canalise, m’équilibre. »

Pour lire la suite (81 %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

1€

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous