Permis, interdit : a-t-on le choix?

Les interdits que nous subissons – en musique comme ailleurs – sont-ils absolus ou ne sont-ils que relatifs (ceux que l’on se fixe soi-même) ? Pedro de Alcantara décortique cette balance entre ce qui est permis
et ce qui est interdit.
Dans tel ou tel contexte, le vibrato est interdit (ou permis), le rubato est interdit (ou permis), changer une articulation dans une partition est interdit, se vanter est interdit, s’amuser est interdit, improviser est interdit… Souvent, sans que nous nous en rendions compte, tout ce que nous faisons dans notre vie est déterminé par le dispositif du permis/interdit. Il n’est pas possible de trouver son équilibre intérieur et de bâtir son chemin dans la vie (musicale, professionnelle, personnelle) sans être confronté à ce dispositif complexe, épineux et merveilleux.
Quelle chose est permise ou interdite ? Qui l’interdit ou la permet ? Et pour quelle raison ? Voilà trois questions fondamentales dans ce débat.

Pour lire la suite (93 %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

2€

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous