Dans la Drôme, deux sites pour un CRD

Suzanne Gervais 06/12/2017
Les CRD de Valence et de Romans ont fusionné en 2014 et constituent depuis les deux pôles d’un même établissement. Un conservatoire au profil original, qui décloisonne les esthétiques et se veut à la pointe de la révolution numérique.
Le conservatoire a une longue histoire : créée à l’aube de la Seconde Guerre mondiale, l’école de musique de Valence devient école nationale en 1981 et prendra ses quartiers dans la Maison de la musique et de la danse, réhabilitée en 1998, au cœur du quartier du Polygone, en plein centre-ville. Les classes à horaires aménagés de l’école primaire Albert-Bayet sont même installées à demeure, dans une aile réservée : un confort non négligeable pour les élèves. Le bâtiment héberge également un studio de danse, la bibliothèque, un auditorium de 260 places et l’école associative Jazz Action Valence, qui s’associe au conservatoire pour la formation jazz des élèves de troisième cycle. L’école de musique de Romans-sur-Isère ouvre, quant à elle, ses portes en 1947.

Nouvelle agglo, nouveau conservatoire

Pour les professeurs de Romans, 2013 est un tournant : les équipes du conservatoire emménagent dans une Cité de la musique flambant neuve, à l’architecture futuriste. Ce nouveau bâtiment de 4 000 mètres carrés abrite également une scène de musiques actuelles, La Cordonnerie, et un pôle consacré aux nouvelles technologies. L’histoire du conservatoire actuel, avec ses enseignements répartis sur les deux sites, démarre en 2014, avec la création de l’agglomération Valence-Romans Sud Rhône-Alpes. A la tête de l’établissement depuis la fusion, Didier Vadrot rappelle la configuration originale de son conservatoire : « Les deux sites sont situés à 20 kilomètres de distance. Cette proximité est un atout et nous permet de proposer une offre pédagogique très large. » Le conservatoire, qui compte aujourd’hui plus de 1 800 inscrits, est dirigé par un comité composé du directeur, également responsable du site de Valence, de Marie-Hortense Lacroix, directrice adjointe et responsable du site de Romans, d’une administratrice, Cécile Robert, et d’un responsable de l’action culturelle et de la communication, Jean-Paul Pau. Seul bémol à Valence : avec des effectifs en hausse, le manque de place se fait sentir, et ce malgré l’affectation de quatre nouvelles salles de la Maison de la musique, l’an dernier.

Pour lire la suite (84 %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

2€

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous