Lancement du "plan chorale" dans un collège parisien

Suzanne Gervais 11/12/2017

Toutes les écoles et tous les collèges auront désormais leur chorale, c’est ce qu’ont annoncé ce matin les ministres de l’Education et de la Culture, avec un budget de 20 millions d’euros.

Il est 9h30 du matin au collège Gustave-Flaubert, dans le 13e arrondissement de Paris, et la médiathèque accueille les ministres de l’Education nationale et de la Culture, Jean-Michel Blanquer et Françoise Nyssen, pour le lancement de leur action commune pour la musique : le « plan chorale ». Le but est d’offrir, à la rentrée 2019, aux élèves des 7100 collèges de France, l’opportunité de chanter dans une chorale. Chemise blanche et pantalon noir, les 47 élèves de la chorale du collège Gustave-Flaubert, dirigée par leur chef de chœur, Anne-Marie Jouanny, interprètent tour à tour la « Chanson de la nuit » extraite du Petit ramoneur de Britten et des pages d’un conte musical créé l’an dernier avec le compositeur David Keller.

Créer un écosystème favorable à la musique à l’école, tel est le projet du gouvernement : « Il y aura 2h de chorale dans tous les établissements, en option, ce qui permettra de systématiser et de renforcer les chorales à l’école », déclarait ce matin Jean-Michel Blanquer au micro de Saskia Deville et d’Antoine Pecqueur, sur France Musique. Le budget consacré au projet sera de 20 millions d’euros environ, « 17 de ministère de l’Education nationale et 3 millions de la part du ministère de la Culture », a précisé le ministre. « La chorale répète chaque jeudi, explique Anne-Marie Jouanny. Depuis septembre, elle apparaît dans le bulletin de l’élève, avec une note. La pratique chorale leur apporte une rigueur et une motivation qui rejaillit dans les autres matières», se réjouit la chef de chœur. Les ministres saluent la qualité et l’énergie de la prestation des élèves : « Chanteur en chœur est une pratique joyeuse, qui créé de la de cohésion », rappelle Francoise Nyssen.

Une table ronde est ensuite organisée en salle de musique. Parmi les sujets abordés : la pédagogie de projet dans les pratiques chorales, la nécessité des partenariats et la place de la chorale dans l’académie de Paris. La parole est aux élèves : «J’adore chanter en groupe », déclare timidement Margaux, élève de CM1. Pour Baati, élève de 4e, « Faire de la musique est un rêve : j’ai toujours voulu chanter dans une chorale. » Le collège Gustave-Flaubert accueille, chaque année, des artistes en résidence, en fonction des projets musicaux. L’an prochain, Anne-Marie Jouanny prévoit de faire travailler ses élèves sur le negro spiritual et le rythm’n blues : « La venue d’un musicien spécialiste de ce répertoire est indispensable… et les élèves attendent les artistes avec impatience ! » Il existe aujourd’hui une chorale dans un établissement sur quatre. Les ministres de la Culture et de l’Education nationale souhaitent, « dès 2018 », qu’un « établissement sur deux » puisse dispenser des heures de chants.

 

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous