[EXCLUSIF] Le concert du Nouvel An du Philharmonique de Vienne : une escroquerie organisée ?

Antoine Pecqueur 18/12/2017

Sur les sites de ticketing, le prix d’un billet pour le « Neujahrskonzert » atteint près de 7000 euros.

Officiellement, le concert du Nouvel an du Philharmonique de Vienne, dirigé cette année par Riccardo Muti, est complet depuis plusieurs mois. Et pour cause : les spectateurs ne pouvaient réserver leurs places que par le site Internet de l’Orchestre entre le 2 janvier et le 28 février. Les tarifs officiels allaient de 35 euros pour une place debout à 1090 euros pour un billet en première catégorie. On est pas loin du Festival de Bayreuth, où il faut parfois attendre plusieurs années avant d’espérer obtenir un ticket.

Mais dans la réalité, l’écosystème du Concert du Nouvel an est loin d’être aussi transparent qu’il n’y parait. Une partie des places pour ce concert ultra-convoité se vendent en fait sur une forme de «marché noir », via des plateformes de revente de billets sur internet. Ticketswien, Viennaconcert tickets… ces sites prospèrent sur le web. Et là, les tarifs s’envolent : nous avons ainsi pu trouver des places encore disponibles au prix de 6989 euros le billet en première catégorie ! Soit presque sept fois le prix « officiel »… Ce sont donc ces « intermédiaires » qui se procurent un maximum de billets, au détriment des particuliers, qui sont ensuite floués en achetant les places par ce biais.

Une escroquerie rarissime à un tel niveau dans le monde de la musique classique, secteur financé par l’argent public (les membres du Philharmonique de Vienne sont tous issus de l’Orchestre de l’Opéra d’Etat de Vienne). Ce business des billets du concert du Nouvel an sent l’arnaque à touristes à plein nez, et on ne peut que s’étonner du peu de vigilance des autorités autrichiennes. Au nouveau chancelier, le jeune Sebastian Kurz, de faire en sorte que cette escroquerie généralisée s’arrête au plus vite, avant de détériorer durablement l’image de Vienne, capitale de la musique.

Pour lire la suite ( %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Mots clés :
Partager:

Commentaires

  • A vrai dire si c’était pour Carlos Kleiber....je pense que je fermerai les yeux!!...
    plus sérieusement, je retiens le lien entre les subventions, l’argent des contribuables et ceux qui exploitent le système...Mais cela veut dire aussi qu’il y a des acheteurs, qu’il y a de la demande. Ce n’est pas à "sens unique".

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous