Turbulences au ministère de la Culture

Antoine Pecqueur 10/01/2018

Après le départ de Gaël Hamayon, c’est Marc Schwartz, directeur de cabinet, qui quitte la Rue de Valois.

Six mois seulement après l’arrivée de Françoise Nyssen au ministère de la Culture, son cabinet est déjà en plein chamboulement : le directeur de cabinet Marc Schwartz vient de quitter son poste. Selon le ministère, il va « participer prochainement à une mission sur l’avenir de la distribution de la presse, à la demande du gouvernement » et « sera appelé ultérieurement à d’autres fonctions ». Un départ qui ne manquera toutefois pas d’interpeller le secteur. Pendant la campagne présidentielle, Marc Schwartz était en charge des questions culture auprès d’Emmanuel Macron. Certains le voyaient même déjà en futur ministre de la Culture après l’élection du candidat d’En Marche. Ancien conseiller à la Cour des comptes, auteur de nombreux rapports (notamment sur la rémunération de la musique en ligne), Marc Schwartz a toujours été perçu comme un spécialiste de l’industrie culturelle. Les acteurs public du secteur ont même pu lui reprocher un trop fort tropisme envers le privé, en particulier dans le domaine musical.

On connaît déjà le nom de son remplaçant, ou plutôt de sa remplaçante : c’est Laurence Tison-Vuillaume qui devient la directrice de cabinet de Françoise Nyssen. Elle occupait jusqu’alors le poste de directrice adjointe du cabinet, et était auparavant chef de service à la Direction générale de la création artistique – elle est donc pour sa part davantage vue comme une représentante du secteur public de la culture. Mais si le départ de Marc Schwartz interpelle, c’est aussi parce qu’il fait suite à celui de Gaël Hamayon, intervenu le mois dernier. Le conseiller presse et communication de Françoise Nyssen est de retour à Radio France et il a été remplacé au Ministère par Marianne Zalc-Muller.

Comment interpréter ces départs à répétition ? Depuis la publication en novembre dernier des documents confidentiels visant à réformer le Ministère de la Culture, celui-ci est dans la tourmente. Emmanuel Macron a lui-même pris le relais sur le dossier sensible de l’audiovisuel, en promettant une grande loi dans les prochains mois. Françoise Nyssen et son cabinet doivent faire plus (lancement du Pass Culture, création de la Maison commune de la musique…), mais avec un budget sans augmentation. Une équation périlleuse, qui compte déjà ses premières victimes.

Pour lire la suite ( %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Mots clés :
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous