Les instruments du futur

Ils s’appellent 3Dvarius, Syos ou Dualo… Ces nouveaux instruments, connectés, sont conçus par de jeunes entreprises françaises. Des innovations à la fois techniques et pédagogiques.
Selon l’Irma (centre d’information et de ressources pour les musiques actuelles), les start-up spécialisées dans la musique auraient connu, entre l’été 2016 et l’automne 2017, une hausse impressionnante de plus de 33 %. Or, parmi ces nouvelles TPE ou PME, 9 % seraient liées au développement et à la commercialisation de nouveaux instruments de musique. Elaboration de nouvelles factures insolites ou spectaculaires. Conception d’instruments connectés, “augmentés” ou hybrides (dits aussi smart instruments). Applications dédiées… Ces instruments du futur, que d’aucuns continuent à voir comme de simples gadgets, se déclinent de plus en plus au présent. Et font pour certains déjà partie du paysage. « Nous surveillons cette évolution avec intérêt, reconnaît Coraline Baroux-Desvignes, déléguée générale de la Chambre syndicale de la facture instrumentale. Nous n’avons pas encore les données suffisantes pour mesurer l’impact économique de ces nouveaux instruments. Mais nos membres sont de plus en plus amenés à travailler avec l’un ou l’autre de ces acteurs. Et ces derniers sont nombreux à nous solliciter en quête d’informations ou de mise en relation avec des facteurs traditionnels. D’ailleurs, leur présence sur les grands événements qui rythment nos métiers est de plus en plus marquée. » Comme pour lui donner raison, le salon Musicora, du 1er au 3 juin prochain, réservera un espace spécifique aux nouveaux instruments. « Ce sera pour nous l’occasion d’aller à leur rencontre », poursuit Coraline Baroux-Desvignes. Jules Hotrique entend bien profiter de l’événement pour asseoir la notoriété de son invention : le Dualo du-touch S. Et au-­delà de celui-ci, de tous les instruments d’avenir développés par ses collègues jeunes entrepreneurs. Pour fédérer cette nouvelle génération de “luthiers 2.0”, il a organisé le 25 novembre dernier le premier Next Musiq Festival, à Issy-les-Moulineaux. Avec une douzaine d’exposants, la manifestation a attiré en une journée 400 visiteurs. « Pas des geeks ou des musiciens professionnels branchés. Ceux-là sont déjà au courant de nos innovations grâce à internet. Mais plutôt des curieux intéressés par une nouvelle approche de la musique », estime-t-il.

Pour lire la suite (77 %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

2€

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Partager:

Articles en relation :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous