Découvertes pour les cordes

Alain Pâris 10/01/2018
Sortez des sentiers battus, tel est peut-être le message des éditeurs aux instrumentistes à cordes en ce début d’année. Découvertes, exhumations. A vos archets !
En cette année anniversaire du centenaire de la mort de Debussy, Schott publie un Nocturne pour violon et piano reconstitué par Robert Orledge d’après des esquisses dont la dernière a été retrouvée en 2006. On sait que les Trois Nocturnes pour orchestre devaient être, à initialement, des pièces pour violon et orchestre destinées à Eugène Ysaÿe. Ce projet, dont l’origine remonte à 1892 avec trois Scènes au crépuscule, n’a jamais vu le jour sous cette forme. En associant l’esquisse récemment découverte à celles qui étaient conservées à la BNF, Orledge a reconstitué un mouvement sans avoir à ajouter le moindre développement, lequel serait contraire à la démarche debussyste. La succession des cinq motifs fonctionne très bien. On doit à Orledge une orchestration de cette pièce, créée par Isabelle Faust à Amsterdam en 2011.

Saint-Saëns avait légué à la postérité deux sonates pour violoncelle et piano. Mais, grâce à la perspicacité d’Yves Gérard (qui a établi le catalogue des œuvres de l’auteur du Carnaval des animaux), une troisième sonate, en ré majeur, a refait surface en 1996. Ecrite pendant la Première Guerre mondiale, elle était destinée au violoncelliste Pierre Destombes. A la mort de ce dernier, en 1917, Saint-Saëns ne l’avait pas terminée.

Pour lire la suite (74 %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

1€

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous