Nicolas Bacri, de l’avant-garde à la musique tonale

Benoît Menut 07/02/2018
Le compositeur Benoît Menut rencontre, ce mois-ci, Nicolas Bacri, qui témoigne de son parcours, de ses influences, de ses choix esthétiques.
« J’ai été révolté durant une période de ma vie. On est parfois révolté quand on aime. Et la musique, je l’aime plus que passionnément. Adolescent, j’ai commencé par composer une musique qui ressemble bien plus à ce que j’écris maintenant qu’à ce que je produisais au début de ma carrière. Mais je sentais déjà qu’il me fallait explorer les chemins de ce qui se présentait comme l’avant-garde, comme une évolution radicale du langage, une nécessité historique : en un mot, l’école de Darmstadt. J’écrivis alors avec passion et sectarisme (les “néos” me faisaient horreur !) une vingtaine d’œuvres que je n’ai pas reniées depuis, mais dans lesquelles il m’a rapidement semblé que je n’étais pas entièrement moi-même.

Pour lire la suite (83 %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

1€

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Mots clés :
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous