Souvenirs de trois contemporains de Debussy

Interprètes, ils étaient également professeurs au Conservatoire de Paris.

Lazare-Lévy

« Debussy possédait un Bechstein droit et un petit Blüthner à queue à résonance sympathique. Parmi les Erard, il préférait, comme beaucoup d’entre nous, les instruments de facture plus ancienne à cordes parallèles, qui étaient tout aussi splendides de timbres, mais d’une précision et d’une légèreté de mécanique merveilleuses. C’est ce piano qu’il choisit pour présenter ses Préludes. Je me souviens particulièrement de son exécution des pièces suivantes : Le vent dans la plaine, Des pas sur la neige, La Sérénade interrompue et Minstrels, qu’il a jouées comme jamais je ne les ai entendu jouer depuis.

Pour lire la suite (75 %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

1€

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous