Suzanne Giraud : écrire le rêve

Benoît Menut 21/03/2018
Rencontre avec Suzanne Giraud, compositrice amoureuse de la Renaissance italienne et de littérature.
D’emblée, la conversation s’oriente vers l’une des passions de Suzanne Giraud : la Renaissance. Grande lectrice, la compositrice a découvert le charme du 16e siècle dans les livres, qui l’ont sensibilisée à cette extraordinaire période d’ouverture pour les arts. Portée par la curiosité insatiable qui la caractérise, Suzanne Giraud a ensuite aimé son architecture, toute d’harmonie et d’équilibre, sa peinture, son histoire et, enfin, sa musique, avec une immense admiration pour Monteverdi, Josquin Desprez, Ockeghem ou encore Pierre Certon. D’un tempérament passionné, elle ira même enseigner le contrepoint renaissance au Conservatoire de Paris, synthétisant ainsi les notions de savoir, de créativité et de transmission.

Calculs et rêves

La quête de l’équilibre par les proportions, le travail autour d’une structure que l’on suit tout d’abord puis, comme par jeu, dont on s’affranchit, ont été l’identité de son écriture pendant plusieurs années, comme dans le vaste cycle des huit Envoutements, ou encore dans deux œuvres orchestrales aux titres évocateurs : Ton Cœur sur la pente et To One in Paradise.

Pour lire la suite (81 %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

1€

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Mots clés :
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous