Former les musiciens au CA : l’exemple du CNSMD de Paris

Suzanne Gervais 11/04/2018
Comment préparer les musiciens à devenir professeurs d’enseignement artistique ? Le CA est une spécialisation pédagogique qui attire de plus en plus les interprètes. Entretien avec Serge Cyferstein, responsable du département de pédagogie du Conservatoire de Paris.
Comment est né le cursus de formation au CA ?
Cette formation a été mise en place au Conservatoire de Paris en 1992, période de grande effervescence pédagogique et d’essor des conservatoires : c’est au cours de cette décennie que les Cefedem, pour former au DE, ont été créés. Le CNSMD de Lyon nous a suivis. Le CA existait depuis les années 1970, mais la formation manquait de structuration. Des sessions ponctuelles étaient confiées à des formateurs, sans régularité. La demande de qualification des musiciens allait crescendo et il fallait leur proposer une formation claire et nette, bien structurée. Tout l’intérêt du cursus de préparation au CA est de se frotter à d’autres pédagogies. Le partage d’expériences est central et très formateur. Les élèves sont confrontés à d’autres conceptions de l’enseignement. Il y a des cultures pédagogiques très différentes selon les instruments, c’est indéniable : un claveciniste n’aura pas les mêmes habitudes qu’un tubiste.
En quoi consiste exactement la formation ?
Les enseignements pratiques et techniques côtoient des cours théoriques. Côté pratique, les leçons de didactique de l’instrument permettent aux élèves de donner un cours – individuel ou collectif – sous le regard d’un professeur chevronné. Les élèves apprennent à construire un cours, les notions de répertoire, de posture ou de physiologie. Ils participent aussi à des sessions de pédagogie du rythme, d’improvisation… La science de l’éducation est l’une des disciplines théoriques les plus importantes. Les élèves font connaissance avec la pensée des grands pédagogues de l’histoire. Un cours d’esthétique, arts et littérature assure une ouverture culturelle leur permettant de croiser la musique et les autres arts. Ce que l’on demande de plus en plus aux musiciens, enseignants comme aux concertistes.

Pour lire la suite (82 %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

2€

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous