Laure Marcel-Berlioz : «L’offre en musique contemporaine a explosé, mais manque cruellement de médiatisation»

Suzanne Gervais 11/04/2018
A l’occasion de la parution de La mémoire en acte, ouvrage collectif traitant de quarante ans de création musicale, entretien avec Laure Marcel-Berlioz, directrice du Centre de documentation de la musique contemporaine.
Pourquoi un tel livre sur la musique contemporaine ?
Il est peu de dire qu’en quarante ans, le paysage de la création musicale a complètement changé et, surtout, les conditions de la création. Dans ce livre, nous avons choisi de demander aux acteurs de la scène musicale contemporaine ce qu’ils pensaient de la situation : musicologues, programmateurs, journalistes et, bien sûr, compositeurs, livrent ici leurs réflexions, telles que “En quoi la musique est-elle si peu contemporaine ?”, “Programmer les œuvres nouvelles”, “La musique contemporaine et le disque”, “La formation des compositeurs, un paradoxe français”…
L’ouvrage s’intéresse aussi aux rapports entre la France et le reste du monde…
Les artistes français de musique contemporaine s’exportent bien plus qu’il y a quarante ans. Olivier Bernard, ancien directeur de l’action culturelle de la Sacem, rappelle ainsi qu’il est tout naturel aujourd’hui qu’un compositeur français vive à Berlin ou Milan, ce qui n’était pas le cas dans les années 1970. A l’étranger, les compositeurs et interprètes de musique contemporaine français sont essentiellement présents en Asie et en Amérique latine.

Pour lire la suite (73 %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Mots clés :
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous