Bruno Julliard : «La Philharmonie va être l’avocate de l’Orchestre de Paris»

Antoine Pecqueur 08/05/2018
Dans un entretien exclusif à La Lettre du Musicien, le premier adjoint à la maire de Paris, chargé de la culture, revient sur les deux dossiers chauds de la politique musicale de la capitale : les prochaines mesures de la réforme des conservatoires et la fusion Philharmonie-Orchestre de Paris.
Fin avril a été lancé le processus d’intégration
de l’Orchestre de Paris au sein de la Philharmonie. Comment êtes-vous arrivé à cette décision ?
A la ville de Paris, nous défendions depuis longtemps l’idée d’un rapprochement entre la Philharmonie et l’Orchestre de Paris, qui nous a toujours semblé tomber sous le sens. L’Etat était quant à lui plus réticent, faisant écho aux préoccupations des musiciens de l’Orchestre qui craignaient de se retrouver noyés dans la programmation de la Philharmonie. Mais le ­projet de fusion est récemment revenu au centre des débats, en raison aussi des quelques difficultés rencontrées par l’Orchestre de Paris. Je pense notamment au départ du directeur musical Daniel Harding et à la baisse de fréquentation du public de certains concerts… On a pu constater des incohérences en termes de programmation, un manque de fluidité entre ­l’Orchestre et la Philharmonie. Imaginez-vous que sur la brochure de ­l’Orchestre, il n’y avait même pas le logo de la Philharmonie ! Il fallait changer cela.

Pour lire la suite (85 %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

1€

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous