Maroussia Gentet : «Il faut entretenir sa curiosité»

Suzanne Gervais 08/05/2018
La pianiste de 26 ans est lauréate du Concours international d’Orléans. Rencontre avec une amoureuse de la musique d’aujourd’hui.
Quand votre goût pour la musique contemporaine s’est-il manifesté ?
Tôt ! A 10 ans, j’écoutais Messiaen en boucle. J’ai découvert la Sonate de Dutilleux adolescente, quand je suis entrée au CNSMD de Lyon : le coup de foudre ! Au Conservatoire, j’ai eu la chance que mes profs soutiennent mon goût pour ce répertoire. Beaucoup de musiciens considèrent que la musique contemporaine est un petit monde à part. Moi, je la mets au même plan que le reste du répertoire pour piano. Je m’investis autant dans une fantaisie de Schumann que dans une pièce de Tristan Murail. Pour le concours d’Orléans, j’ai travaillé des partitions de Marco Stroppa, que j’ai pu rencontrer avant le concours. Rien ne vaut la rencontre avec les compositeurs, qui, en plus, sont très accessibles.

Pour lire la suite (71 %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

1€

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Mots clés :
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous