Rémi Cassaigne, luthiste et traducteur

Joueur de luth et traducteur de polars suédois, Rémi Cassaigne mêle dans son parcours écriture, musique et voyage.
Chez Rémi Cassaigne, les instruments baroques ne jonchent pas seulement les marches de l’escalier. Suspendus aux murs, entassés dans des caisses ou rangés dans des étuis colorés, mandolines, luths, guitares et théorbes sont partout. « Je ne saurais même pas dire combien je possède d’instruments », confie le musicien en balayant son atelier d’un regard. Situé au dernier étage d’un immeuble du 13e arrondissement de Paris, au-dessus du duplex qu’il habite, cet espace est dédié à la pratique artistique. « C’est un lieu qui réunit mes deux activités. Là, mon bureau pour l’écriture et les traductions, et ici l’espace pour la musique. » Depuis peu, la pièce sert aussi de salle de répétition au Baroque nomade, un ensemble que le luthiste dirige aux côtés de Jean-Christophe Frisch, Mathieu Dupouy et Andreas Linos.

Un premier luth acheté grâce à Normal Sup’

C’est au collège que débute l’aventure de ce Tourangeau né en 1971. A côté des classiques séances de chorale et d’éveil musical, le travail du bois intéresse Rémi Cassaigne, en particulier celui des instruments à cordes. Un jour, il présente l’une de ses créations à sa professeure de musique. Intriguée, elle lui suggère d’essayer la guitare. Elle lui prête un instrument et l’aide à trouver une formation.

Pour lire la suite (74 %) choisissez votre offre :

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Cet article premium

1€

Acheter cet article
Pack (crédité 12 €)

10 €

Acheter un pack
Mots clés :
Partager:

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous